Chercheurs 2021

Aloïse Quesne

Aloïse Quesne est Maître de conférences en droit privé à l’Université Paris-Saclay, Evry Val d’Essonne, membre du Centre de Recherche Léon Duguit, et chercheuse associée à l’Institut Demolombe de l’Université de Caen Normandie.

Elle est l’auteur d’une thèse de doctorat intitulée Le contrat portant sur le corps humain. Soutenue le 7 décembre 2018, sa thèse a été honorée du Prix de thèse 2019 de l’Institut Demolombe et est à paraître aux éditions Mare & Martin.

Son travail de recherche est principalement axé sur le corps humain, de l’embryon au cadavre, particulièrement sur les normes juridiques et éthiques qui assurent la régulation des sciences et technologies ainsi que sur les mécanismes qui régissent la matière. Elle est en outre membre du groupe de travail « Santé, numérique et intelligence artificielle », au sein du groupe de recherche international et interdisciplinaire « Centre Internet, IA et Société » du CNRS.

Le droit de la santé animale constitue également l’un de ses axes de recherche. Elle est la première Lauréate du Prix de Droit de La Fondation Droit Animal Ethique & Sciences (LFDA), présidée par Louis Schweitzer. Ce prix lui a été décerné en 2014 pour son cours magistral de droit de l’expérimentation animale enseigné en Master depuis 2012. Administratrice du Groupement de Réflexion et d’Action pour l’AnimaL (GRAAL), elle est membre du groupe de travail “Retraite des animaux de laboratoire”, initié par le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, en partenariat avec le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation. Elle est aussi membre de la Société française de Zoosémiotique et membre du comité éditorial de la collection Zoosémiotique chez L’HARMATTAN.

Elle enseigne le droit civil, le droit de la bioéthique, le droit de la santé des personnes vulnérables ou encore le droit de la santé animale et environnementale à des étudiants préparant une Licence ou un Master. Elle est directrice de la Clinique juridique au sein du Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies d’Evry.

Elle travaille sur le concept “One Health”, Une seule santé, afin d’analyser les différentes interactions entre la santé humaine, animale et environnementale. Elle a notamment assuré la direction scientifique d’un colloque international intitulé “La sensibilité animale : approches juridiques et enjeux transdisciplinaires”, lequel s’est déroulé le 23 octobre 2020 à l’Université de Caen Normandie. Les vidéos des interventions sont disponibles ici https://sensi-animale.sciencesconf.org/resource/page/id/13

Parmi ses récentes publications :

  • « Quels masques de protection pour lutter contre la pandémie de Covid-19 ? », in O. Bui-Xuan (dir.), Masques sanitaires et droit(s), Lextenso / IFJD, coll. Colloques & Essais [à paraître en 2021]
  • « Intersexuation et détermination du sexe de l’enfant : approche de droit comparé », in A. Fretin et B. Mallevaey (dir.), L’enfant et le sexe, éd. Dalloz, coll. Thèmes et commentaires [à paraître en 2021].
  • « La relation de soin à l’épreuve de l’intelligence artificielle : rupture ou continuité ? », JML Droit, santé, société, n° spéc. « Santé et intelligence artificielle : quelle(s) révolution(s) ? » B. Bevière-Boyer (dir.), 2021/1 [à paraître en 2021]
  • « Les incidences juridiques du corps humain connecté sur la relation médicale », in
    Lindenmeyer et M.-P. d’Ortho (dir.), La santé connectée, CNRS Editions, coll. Les Essentiels d’Hermès, nov. 2020, p. 103 à 120.
  • « Le contrat de prostitution : entre ombre et lumière », Actes du colloque Le corps humain saisi par le droit : entre liberté et propriété, CRDF, n°15, déc. 2017, p. 65 à 75.
  • « La prostitution depuis la loi n° 2016-444 du 13 avril 2016, sous l’angle du droit des contrats », LPA, n°34, 16 févr. 2017, p. 7 à 14.
Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer