Accueil / Chercheurs 2018 / Gwenaële Rot

Gwenaële Rot

Gwenaële Rot est professeur de sociologie à Sciences Po et membre du Centre de sociologie des organisations (CSO/CNRS).

Sociologue du travail, des entreprises et des organisations, Gwenaële Rot contribue au développement d’une sociologie des activités productives en contexte de mondialisation. Elle s’intéresse  de manière comparative à trois types de systèmes productifs : la série, le flux, le chantier. Le territoire d’investigation privilégié est l’atelier, envisagé comme collectif de production inscrit dans différents types  de configurations : la chaîne de montage d’automobile fonctionnant en « flux tendus », la salle de contrôle automatisée ainsi que l’espace des canalisations des industries nucléaire et pétrochimique, les chantiers souterrains de construction du métro du Grand Paris ou encore les espaces de tournage et les studios de post-production cinématographique. Ses travaux portent également sur la sociologie de l’art, la sociologie visuelle et l’histoire de la sociologie. Elle est membre du comité de rédaction de la Revue française de sociologie et de la revue en ligne  Images du travail-Travail des images [http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr/].

Le projet présenté  s’inscrit dans le cadre d’une recherche plus large portant sur les conditions socio-économiques de fabrication des films. Il  vise  à étudier la manière dont les chefs décorateurs de cinéma repositionnent leur activité dans le temps (de la phase de préparation à celle de la postproduction) et dans leur espace professionnel par rapport à d’autres spécialistes (comme les superviseurs d’effets spéciaux ou les chefs opérateurs). En effet, le développement des technologies numériques conduit à repenser les modalités de fabrication des décors de cinéma, puisque tout une partie du travail de décoration peut être désormais réalisée après le tournage. Avec ces nouvelles options techniques c’est la totalité de la chaîne de fabrication des images qui a vocation à être ré agencée. Dès lors comment caractériser les mutations du travail ?

Sélection de publications autour de la question des mutations du travail

  • (avec François Vatin), Au fil du flux. Le travail de surveillance contrôle dans les industries chimique et nucléaire, Paris Presses des mines, 2017.
  • (avec Laure de Verdalle) (ed), Le cinéma. Travail et organisation, Paris, la Dispute, 2013.
  • Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier le sociologue, Toulouse, Octarès,
  • (Avec Alexandra Bidet, Jean-Bernard Ouedraogo, François Vatin) « Une nouvelle économie politique de l’industrie : l’essor du salariat mondialisé dans la zone franche de Tanger », Revue marocaine des sciences politiques et sociales, « Economie politique du Maroc », vol. 14, 2017, hors-série.
  • (avec Anni Borzeix et Didier Demazière) « Introduction : Ce que les écrits font au travail », Sociologie du travail, direction du numéro spécial « Les écrits du travail », 56, n°1, 2014, pp. 4-15.
  • « Le travail de la scripte sur les plateaux de tournage », Sociologie du travail, vol. 56, n°1, 2014.
  • « Le travail dans le cinéma. Note de recherche », Raison Présente, (dossier sur Les nouveaux aspects du travail dirigé par Patrick Cingolani), n° 162, 2007, pp. 7-19.
  • « Nouvelles formes d’organisations du travail et modèles productifs : regards rétrospectifs », in Pouchet Amélie (dir.): Sociologie du travail 40 ans après, Elseviers, 2001, pp. 79-98.
  • (avec François Vatin) « Surveiller les flux, contrôler les hommes. Du travail et de sa division dans l’industrie chimique et nucléaire», Sociologie et sociétés, vol. XLVIII, n°1, 2016, pp.97-116.

Poster une réponse

Votre email ne sera pas publiéChamps requis *

*